Category Archives: Rome

Amour fou

Mon frère faisait des études des arts plastiques. Les trois quarts de ma chambre d’enfant étaient alors occupés par les tubes de couleurs, des spatules, des bustes de mes grand-pères, des torchons, des tâches d’encre et des livres.
N’ayant pas d’autre choix, je lisais les livres d’art l’un après l’autre jusqu’à ce que je ne tombe amoureuse à peu près à l’âge de 12 ans de Michel-Ange. Je veux dire de la personne de Michel-Ange – parmi anges depuis 450 ans.
J’ai lu son autobiographie et je me suis totalement laissée embobiner. J’ai pris son parti dans toutes les décisions difficiles, je me suis mis à détester Léonard et Raphaël, parce qu’ils étaient riches, gais, bon-vivants, et heureux, par contre j’aimais mon héros parce qu’il était tourmenté, triste, imprévisible, sensible, profond, croyant, et déchiré.
(Heureusement, depuis, j’ai fait du chemin pour savoir choisir à mes côtés un homme plus équilibré :))

Attendre plus de deux heures dans la file d’attente pour la chapelle Sixtine n’avait donc pour moi, un week-end de février humide, rien d’épuisant. Comment pourrais-je me plaindre d’approcher l’éden?! Je connaissais intimement l’histoire des fresques demandées par le pape Jules II. J’y ai passé des nuits avec l’élu de mon coeur, à la lumière des bougies, courbée dans une position épuisante. J’ai eu le souffle coupé par peur que les peintures sèchent trop vite ou qu’elles soient dévorées par les moisissures. J’étais contente pour lui quand il a fini son oeuvre et il a pu aller toucher de nouveau un marbre de carrare dans lesquel pulsait le sang de ses statues qu’il fallait délivrer de la masse.
Oh-là-là, j’en ai de nouveau des frissons:)

Quand nous sommes entrés dans la chapelle, entraînés par la foule, j’étais terrassée par la force de ces fresques. Je ne trouve pas un meilleur mot. Une force émanait de ses fresques qui me galvanisait. Quand j’ai aperçu l’image de la création, tellement connue et beaucoup trop empruntée pour accompagner toutes sortes de messages, plus ou moins pertinants ou complètement bizarres, les fameux doigts de Dieu et de l’homme qui vient de se toucher – quand je l’ai aperçu dans le contexte, réelle, immense, magnifique, -j’ai commencé à pleurnicher.
C’est quoi ce sentiment qui me submerge dans les moments pareils? Ca doit être quelques choses qu’on décrit avec des mots très pathétiques, alors je préfère m’en arrêter là.
Une chose est sûre, c’est comme si j’avais touché du doigt mon héros à travers les âges et j’en suis encore maintenant bouleversée :)

Advertisements

Enough is enough

Today is my last post about Rome. Enough is enough. But I might still not be willing to give up my pink colored glasses :)))


Bla bla ésotérique ;)

C’est un sentiment mystérieux qui m’a serré le coeur, ou plutôt le contraire, il lui a donné de l’espace à voleter comme un papillon aux premiers rayons de soleil. (Vous le connaissez ce sentiment d’urgence de vivre un moment plein de beauté, tout en essayent de l’apparenter à quelque chose de connu pour expliquer son intensité? Je suis sûre que oui. Allez, lançons un défi: qui le décrira le mieux?:) Prête comme je suis à interpréter les émotions pareilles comme un signe, je me suis promptement dit: ça y est, je suis de retour. C’est pour ça que mon coeur bat comme un fou, c’est pour ça que je sens en moi l’univers qui s’expand. Once upon a time, j’étais Romaine ;)


Antique (ou pas)


Ivres de Rome

Et voilà qu’on se retrouve avant le dîner dans un bar à cocktails à Rome, puisque notre faim n’est pas encore “al dente” et puisqu’il est écrit dans notre guide, qu’il faut le faire.
Il y fait super agréablement chaud (Rome en février ce n’est quand même pas donné :) et il devient tout de suite mon bar préféré, même s’ils n’ont pas le seul cocktail, que j’aime. Je prends un kir et une tisane à la camomille :), mon ami prend un Godfather au whiskey, et c’est parti. La chaleur, l’estomac bien vide, l’alcool, l’excitation d’être là où l’histoire est toujours palpable, tout ça conduit à une ivresse douce et acceptable à l’heure de l’apéritif. Nous parlons de tout ce qui me passionne à Rome, de l’antiquité, des arts, des empereurs, du pouvoir de l’église, de la renaissance, du Michel-Ange, des raisons pourquoi, des causes et effets. Très vite je sens en moi les pulsations d’une vie à l’italienne. Je fais de grands gestes, je ris à haute voix, je suis trèèès séduisante :))) Je bois d’un trait ma tisane à la camomille comme si c’était un petit café bien serré. Les bulles de champagne me font perdre mon latin, mais je me débrouille déjà très bien en italien, alors tant mieux. La vie est riche, pleine de passions, de beauté, tout est facile et léger.
Mon ami insiste sur le fait de payer les cocktails. Même son billet, qu’il jette d’un mouvement gracieux sur une petite assiette avec l’adition, y atterrit avec légèreté d’un flocon de neige.
Nous sommes ivres de Rome.


Primi piatti :)


Quelques antipasti

Quelques photos pour commencer le puzzle sur Rome dont je suis tombée à la renverse. (Je me suis aussi cogné la tête en se tordant le cou pour regarder le plafond de la Chapelle Sixtine, mais là-dessus, je ne vais vraiment pas me plaindre ;)

Il manquait juste un peu plus de ciel bleu au-dessus de cet architecture méditeranéenne, alors… :)


29 days commitment – d21:)

Wandering among the roman ruins I saw this crown of flowers which made me think of vestals.
And there is this Annie Lennox’s version of A Whiter Shade of Pale, that I love (even if I have hardly ever known what are its lyrics about), and which can draw you back there anytime :)…


On quitte cette ville pour

Aujourd’hui, on quitte cette ville,

Luxembourg, pour une ville à l’extrême opposé de ce qui caractérise celle-ci: il faudra faire attention aux pickpockets,les gens vont parler haut, rire et gesticuler, s’énerver et crier beaucoup, ils vont être habillés avec plus de liberté et de fantaisie peut-être, les bus vont être probablement en retard et il va faire plus chaud.
Ce soir on s’envole pour Rome !

Dans quatre jours je vais de nouveau être là, et je vais rammener, j’espère, beaucoup de “clichés” en ayant déssoulé peut-être de quelques clichés ;)


%d bloggers like this: