Mes anciennes vies

Encore le sud qui me fait papoter. C’est comme ça, je me sens bien ici. Le sud de la France en l’occurrence. Mais cela pourrait très bien être Rome ou le sud de l’Italie, les parties méditerranéennes de l’Espagne ou le Portugal, n’importe quel endroit où l’odeur du thym se mêlerait au chant des cigales, et puis je n’ai même pas besoin de ça, puisqu’on est en février!

J’aime penser que je devrais considérer ce sentiment de familiarité, de bien être, de joie, voir d’excitation à la vue d’un paysage légèrement aride comme un clin d’oeil de mes anciennes vies. Peut-être qu’un jour, en marchant dans un chemin caillouteux dont j’aime tellement le bruit, je reconnaîtrai un bout de terre qui était jadis mon chez moi. 

Les trois semaines dans le sud vont clore, magnifiquement, notre séjour en France. 6 mois à Paris qui nous ont fait élargir les horizons d’un point de vue professionnel et qui nous ont fait beaucoup apprendre sur nous-même. Encore deux mois et notre année sabbatique prendra sa fin. Une année sabbatique passée à travailler. Bizarre les types :) Une expérience à recommander. (Je lis ici à chaque fois ‘à recommencer’. Va savoir si c’est innocent.)

Ce soir nous n’avons pas envie de sortir. Les 16°C que nous avons eu à l’arrivée nous ont gâté à un tel point que nous n’avons plus envie de pointer nos nez dans la nuit et le froid. On attend le soleil et le ciel bleu du demain matin.

On écoute Morcheeba que nous avons vu en concert dans notre vie avant Paris: Ground down, I know that you’ll feel fine, If you let me in, Hand in hand, I’ll show you the way.

Ce soir le nouveau se mêle au connu dans un mélange rassurant.

la lune
offerte
comme un morceau de pastèque

About atreewalker

It was a warm spring morning in the olive grove. The breeze was gentle, the air was fragrant, the time stood still. High grass, sprinkled with colourful small-headed flowers, was gently tickling my knees. Poppies were about to splash their intense red on the antic ruins. 'Look how beautiful it is all over', I whispered to the olive trees, 'a perfect time for a stroll.' I slipped my fingers into the open palms at the end of their branches and I took them for a walk. View all posts by atreewalker

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: