Starbucks et la Sainte Lucie de Syracuse

Je pense à Syracuse, la petite ville sicilienne, dont j’ai appris l’existence par l’intermédiaire de la Sainte Lucie, qui s’appelle aussi Lucie de Syracuse. Moi aussi, je m’appelle Lucie. Un jour, j’étais sans doute encore un enfant, j’ai appris qu’il y existait une sainte à qui je pouvais m’adresser, et si la chance était de mon côté, mes prières seraient plus rapidement remarquées par elle que par d’autres, puisque nous portions le même nom. J’imaginais que la similitude des noms allait tout de suite m’attirer ses faveurs. Plus tard j’ai appris toute l’histoire. Qu’elle était et qu’elle est la patronne des aveugles, que d’après les croyances chrétiennes elle s’occupe de ceux ayant les problèmes de vue, qu’elle a fait un voeux de chasteté dès son enfance et qu’au travers d’une histoire de mariage refusé, d’orgueil vexé et de convoitise inassouvie de la part de son futur mari supposé à qui elle s’était refusée, elle est devenue une martyre. Elle avait tout pour me plaire. A 14 ans, moi aussi je faisais des voeux de chasteté pour la vie, et à 14 ans aussi ma vue s’est affaiblie. Alors quand l’occasion s’est présentée de visiter la ville de Syracuse et les reliques de la Sainte Lucie, j’ai sauté dans l’avion.

Nous faisions un voyage en Sicile avec trois amis. Une amie et deux amis, dont aucun en couple avec aucun. A Syracuse nous avons logé dans un petit hôtel charmant, où j’ai dormi sous le baldaquin avec mon amie. Le hasard voulait d’abord que nos deux amis le partagent, mais ils sont vite venu nous prier d’échanger leur chambre avec la nôtre aux lits jumeaux. On prétendait de ne pas en avoir envie, on se moquait d’eux, on se marrait à fond. Après un moment de souffrances pour les gars, nous avons cédé.
Le lendemain, j’ai mis mon réveil de bonne heure. J’ai quitté le baldaquin, et je suis partie à l’église. Il y avait personne dans les rues, sauf quelques boulangers qui étaient en train d’ouvrir leurs magasins, et sur la place principale, quelques veuves siciliennes en route vers la prière matinale dans leur église de prédilection.

Je suis entrée dans mon église à moi, la seule qui m’intéressait de toute la ville, la seule dans laquelle je pouvais rencontrer Sainte Lucie. Elle était dans une petite chapelle à droite de la porte. Il y avait des fleurs et des bougies sous les pieds de la statue et un prie-Dieu devant la clôture qui fermait cette petite chapelle latérale. Je m’agenouillais. J’ai commencé à prier. Ou plutôt, je lui ai dit tout ce qui me ferait plaisir qu’elle fasse pour moi, qu’actuellement je tâche de mon mieux de vivre une bonne vie, et que si elle me guérit là, sur le coup, je ferais tout pour lui en être reconnaissante jusqu’à la fin de mes jours; que je ne suis pas sûre si, même après un miracle, je deviendrais une avocate de la foi, ni si je me répandrais sur le miracle qui aurait eu lieu, n’ayant probablement pas assez de courage pour faire face aux sceptiques, mais je tâcherais d’être à la hauteur de ce mérite, je te le promets, Sainte Lucie.
J’ai tout déballé en une phrase et puis je me suis tue en attendant que le miracle se produise.
Rien. Les secondes passaient et j’étais aussi myope qu’avant. Alors j’ai commencé à imaginer quelle pourrait être la réponse de ma Lucie. La religion flanquée plus tard de l’ésoterisme ne m’étant pas étrangère, je n’avais aucun problème à faire souffler à la Sainte ce qu’elle pourrait dire dans une circonstance pareille. Le voilà:
“D’abord, il serait souhaitable que tu apprennes à voir à un niveau plus profond que le corporel. A regarder droit dans les yeux de la vie, à regarder droit au fond de toi, ne pas fermer les yeux sur ce qui t’angoisse, à faire face à la vie, à regarder aussi loin que tu souhaites, avec courage, pour comprendre les cause et les effets, à se projeter dans les différentes étapes de ta vie, assumer ces étapes, oser, accepter, s’accepter, et se réjouir de la chance de voir clair. Cela aussi s’appelle “voir”.
Tu sais, Lucie, la vue plus profonde, la sagesse si tu veux, et la vue au sens corporel sont étroitement liées. Si je t’enlevais tes dioptries en ce moment même, elles reviendraient dans quelques mois, ou quelques années, si tu ne travailles pas sur les couches plus profondes. Mais j’ai confiance en toi. Je suis sûre que tu y travailleras. Courage! Bises.”
Elle a fini son message comme un texto, mais bon, ce n’est pas cela qui était embêtant. J’étais déçu.
En même temps, ce que je la faisais dire ne sonnait pas faux. Je crois même que depuis j’ai entrepris quelques actions pour vivre en accord avec ce que je me suis prêchée. Toujours cette envie d’être prête pour le miracle! :)

***

Ce soir, je suis dans le Starbucks. Oh je sais, un lieu bien peu probable pour qu’un miracle s’y passe. Je l’admets. Je regarde la rue, les lignes fuyantes des immeubles parisiens, les arbres encore verts, les néons des bistros, les passants qui se promènent ou qui marchent d’un pas décidé vers des rendez-vous.
Ah, comme c’est beau de regarder. Regarder sans rien en attendre. Regarder comme méditer. Laisser passer les images, les émotions, les pensées. Avec un peu de chance, il y aura quelque chose dans ce flot qui me fera plaisir, je m’imprégnerai des choses sans forcer, j’aurai une ou deux pensées enjouées, avant de retourner dans le monde de l’action. Avant de retourner à Syracuse, un jour…

Advertisements

About atreewalker

It was a warm spring morning in the olive grove. The breeze was gentle, the air was fragrant, the time stood still. High grass, sprinkled with colourful small-headed flowers, was gently tickling my knees. Poppies were about to splash their intense red on the antic ruins. 'Look how beautiful it is all over', I whispered to the olive trees, 'a perfect time for a stroll.' I slipped my fingers into the open palms at the end of their branches and I took them for a walk. View all posts by atreewalker

One response to “Starbucks et la Sainte Lucie de Syracuse

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: