De passage à Osaka

Nous venons d’arriver à Osaka et je veux déjà retourner à Kyoto. Nous y avons passé six nuits, l’hôtel était excellent, les ruelles de Gion – l’ancien quartier de Geichas – photogéniques, la météo très bonne, les bars à pâtes aussi. Osaka, le petit Tokyo, ne me charme pas du tout. Le sac à dos que je trimbale d’un bout de la gare à l’autre y est sûrement pour quelque chose. La seule manière de faire la paix avec cette ville est de jeter nos affaires dans la chambre de l’hôtel et aller chercher une glace qu’on va manger assis sur le pot aux fleurs au bord de la route. Il est dix heures du soir. Les habitants du quartier ont l’air de rentrer du boulot. Entre le bitume et le béton on se sent comme les enfants de ville qui passent leurs après-midi de juin à flâner dans les rues et pour qui l’odeur de l’été, c’est aussi l’odeur du bitume brûlant. C’est une esthétique comme une autre, même si elle est nouvelle pour moi. Je l’adopte pour ce soir.

Advertisements

About atreewalker

It was a warm spring morning in the olive grove. The breeze was gentle, the air was fragrant, the time stood still. High grass, sprinkled with colourful small-headed flowers, was gently tickling my knees. Poppies were about to splash their intense red on the antic ruins. 'Look how beautiful it is all over', I whispered to the olive trees, 'a perfect time for a stroll.' I slipped my fingers into the open palms at the end of their branches and I took them for a walk. View all posts by atreewalker

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: