Massalé à Saint-Denis, l’île de la Réunion

Nous avons dormis sur un banc, dans un petit parc, au-dessus de l’océan en rage, comme si l’aube nous y avait surpris à se reposer après une nuit folle passée à danser sur la musique créole.
Or, cette image idyllique est trompeuse.
Ce matin-là je me suis promis de ne plus jamais prendre un vol de nuit. Surtout quand on est tellement excité par le voyage qu’on n’arrive pas à dormir, qu’on arrive à la destination à 6.30 du matin et que l’hôtel n’a la chambre libre qu’à midi pile.

Le point fort de cette première journée en terre réunionnaise a été, après un somme à l’ombre de la chambre, le cari au Massalé, ce qui est un restaurant à Saint-Denis où le repas se clôt par une série de rhums aux parfums divers, qu’il faut sentir, deviner et boire. Et si on se trompe, d’autres petits verres de rhum s’alignent, selon une courbe exponentielle, pour compenser le goût amer de l’échec.
Pas difficile, en cette ville, de créer un état de gaîté à dormir sur les bancs au bord de l’océan en rage …

Advertisements

About atreewalker

It was a warm spring morning in the olive grove. The breeze was gentle, the air was fragrant, the time stood still. High grass, sprinkled with colourful small-headed flowers, was gently tickling my knees. Poppies were about to splash their intense red on the antic ruins. 'Look how beautiful it is all over', I whispered to the olive trees, 'a perfect time for a stroll.' I slipped my fingers into the open palms at the end of their branches and I took them for a walk. View all posts by atreewalker

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: