Vers le Royaume interdit

Nous allons quand même monter dans un jeep vu que les ravines les plus vertigineuses sont déjà derrière nous et nos chaussures de marche aussi. Le chauffeur n’a pas plus que 16 ans et il semble être très pressé. Plus il est pressé, plus rares sont les moments où on est vraiment assis sur nos sièges et plus petite est la distance entre nos crânes et le toit du jeep.

Encore les chevaux blancs dans un prè alpin avec une lumière douce et l’air cristalin et nous arrivons à Jomsom, une ville comme copiée-collée de Far West.

On gobe les nouilles thaï dans un restaurant vide où le vent ébranle la construction au-dessus de nos têtes. Nous sommes dans le corridor où l’air froid des montagnes s’affole au contact de la chaleur et à partir de midi il peut atteindre jusqu’à 100 kilomètres à l’heure.

Il serait bon de quitter cette ville pour arriver ce soir à Kagbeni, un hameau au pied de la montée finale, à la frontière avec le Mustang interdit. Le vent nous pousse de dos, la nuit nous colle aux pieds, la vue nous éblouit…

Advertisements

About atreewalker

It was a warm spring morning in the olive grove. The breeze was gentle, the air was fragrant, the time stood still. High grass, sprinkled with colourful small-headed flowers, was gently tickling my knees. Poppies were about to splash their intense red on the antic ruins. 'Look how beautiful it is all over', I whispered to the olive trees, 'a perfect time for a stroll.' I slipped my fingers into the open palms at the end of their branches and I took them for a walk. View all posts by atreewalker

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: